Le Créneau : un restaurant où il fait bon vivre

Situé au coeur de la cité médiévale à Carcassonne, Le Créneau est un restaurant plein de charme. Une vue panoramique, qui permet aux clients d’admirer les hauteurs de la cité. Une décoration authentique avec des murs en pierre, contrebalancée par la modernité des deux bars en acier et d’un grand sol noir.

Une équipe super,Paul Gobin le patron des lieux, toujours à l’écoute de ses clients. Il prend le temps de venir à chaque table, pour savoir si le repas s’est bien passé. Un patron gentil, patient, mais exigeant qui veut que son équipe soit à la hauteur pour un établissement de qualité. Une très bonne ambiance, avec des serveurs efficaces qui gardent le sourire aux lèvres.

Toujours un petit fond musical de très bon goût, qui permet au restaurant de se transformer en petit bar très sympathique et laisse le choix aux clients de faire quelques pas de danse.

Mais parlons du plus important, c’est-à-dire ce que l’on peut y manger. Le Créneau propose un large choix de tapas : pan con tomate, camembert pané, gambas et seiches en persillades, magret de canard au miel, tataki de thon, croque monsieur aux truffes… en ce qui concerne les plats, il y’a la viande du jour accompagné de ses frites maison, le poisson du jour avec son riz et sa sauce au beurre, une salade de chèvre, la salade du créneau, le traditionnel cassoulet, l’incontournable hamburger du créneau… des desserts fait maison par un pâtissier, à vous faire tomber par terre. Mon petit coup de coeur la tarte aux citrons revisité. Mais vous pourrez aussi déguster le fondant au chocolat au coeur praliné, les fameuses profiteroles et leur sauce au chocolat, ainsi que le tiramisu à la fraise …

img_2789

img_2790

 

Publicités

Courir pour rendre hommage aux victimes des attentats

Menacé, dimanche 13 novembre, le 9ième marathon Nice-Cannes a bien eut lieu.Un départ pas comme les autres à l’Allianz Riviera dû à la sanctuarisation de la promenade des Anglais après les attentats. Je suis allée à la rencontre de Johan Rouquet, un jeune marathonien dont l’objectif était de rendre hommage à toutes les victimes des attentats.

Seize semaines de préparation intensive pour Johan, 21 ans étudiant à l’Ecole Du Journalisme à Nice. Quatre footings par semaine, «  je me levais tôt pour aller courir et ensuite j’allais en cours » confie-t-il. Seize semaines, où il a mis de côté les fêtes, pour être le meilleur lors du marathon.

Dimanche 13 novembre, c’est le grand jour. « J’ai eu du mal à m’endormir j’appréhendais vraiment le marathon ». Debout depuis cinq heures du matin, Johan a peur, peur de ne pas finir, peur de se blesser. Il avale son petit déjeuner traditionnel, avant de partir sur les traces du marathon. Six heures trente, dans le froid le jeune étudiant se demande ce qu’il fait là. « J’avais envie de faire demi-tour et me recoucher ». À côté de lui des milliers de personnes s’échauffent avant le top départ. Sept heures, tous les marathoniens se regroupent dans le sas pour le départ, Johan immobile comme un piquet attend que le temps passe, «  le temps est très long, je n’étais vraiment pas bien ». La Marseillaise retentie, suivie d’une minute d’applaudissements, l’émotion est à son comble… « ça m’a rappelé pourquoi j’étais là ».

 Pendant la course, le jeune homme sait que ses amis l’attendent au sixième kilomètre, «  j’étais impatient de les voir». Il passe chaque étape sans difficulté, jusqu’au 25ième kilomètres où les douleurs se font ressentir. Johan se demande s’il va pouvoir continuer ? « Tu t’accroches mentalement mais le corps commence à ne plus trop répondre. Au 30ième il y a vraiment un cap psychologique tu sens la fin qui approche ». Johan craque, mais se ressaisit rapidement en apercevant ses parents aux 33ième kilomètres. Mais aussi par les coureurs qui le félicitent, le poussent et les encouragements des enfants qui tendent leurs petites mains pour qu’on leur tape dedans. Il est là aussi pour une cause, pour rendre hommage aux victimes des attentats. « Tu es en mission, abandonner serait les trahir ». Il redémarre, mais s’arrête tous les deux cent mètres à cause la douleur insupportable, avec sa jambe gauche qui se tétanise. Il ne relâche rien et continu sa course.

À 500 mètres de la fin, il voit à nouveau ses amis avec la banderole qu’ils avaient tous préparée pour cet événement. Johan lâche un immense cri, l’enfer est bientôt terminé. « Toute cette haine des attentats, toute cette souffrance est ressortie. » Ses amis se mettent à courir avec lui. Johan ferme les yeux et cours jusqu’à la ligne d’arrivée, il est à bout, perdu. « Je voulais m’allonger mais tu dois faire la queue pour la médaille, le ravitaillement ». La médaille en poche avec une performance de quatre heures et dix-neuf minutes (très bon chronomètre pour une première), il rejoint son père et tombe dans ses bras en pleur, le cauchemar est fini.

15046214_1292429687465363_2125391700_n
Johan à 500m de la fin
15033539_1292429684132030_1337267340_n
Johan, ses amis et sa famille

La Tuilerie, l’opening après dix ans d’absence

La Tuilerie réouvre enfin ses portes samedi prochain !

Fermée en 2007, la discothèque la Tuilerie et prête pour danser !! Une soirée « open air » , avec une restauration sur place à partir de 19h ur réservation.

Une nouvelle jeunesse pour cette boîte de nuit, reprise par Paul Segui, qui reprend le flambaud de Jean Segui gérant depuis 1972.

Le jeune homme qui marche, sur les traces de son père veut du neuf. Des idées pleins la tête, Paul conçoit d’organiser des soirées tous les trimestres pour ne pas tomber dans le monotone de la discothèque classique. Au contraire, il souhaite des soirées inattendues et attendues avec une décoration différentes à chaque fois.   » Je ne veux pas rentrer dans le format cliché de la boîte de nuit. Je veux du changement, faire plaisir aux gens avec ce que j’aime »confie Paul.

Une sélection des meilleurs DJ est mise à l’oeuvre, afin de faire découvrir une nouvelle musique. Une musique de qualité pour donner l’envie de danser.  » Je veux que les gens viennent écouter le son, pas juste pour boire. » conclu Paul.

Une soirée à ne pas louper !!!

 

 

tuilerie

L’avant première de l’album de Matt Minimal au Bar à Vins

Ce soir , Matt Minimal, notre jeune dj international, projette son premier clip au Bar à Vins. Un clip qui fait référence à la souffrance des ados face aux problèmes conjugaux de leur parent.

Le Bar à Vins, sera plongé dans l’atmosphère visuelle de  » Child », titre de l’album qui montre l’évolution de l’enfance à l’adolescence. Une soirée primordiale pour Mathieu ( alias Matt Minimal). «  C’est une mise en bouche pour annoncer la sortie de mon album prévue le 11 août. » 

Un autre dj sera de la partie, Dj Janoz, celui qui a lancé la carrière du jeune homme. » Je me devais de le choisir, pour faire un clin d’oeil à notre histoire. »La fête se prolongera pour les plus fêtards  aux paillotes du Belvédère.

Matt Minimal, entamera par la suite une grande tournée ! La platja festival à Canet, le 29 juillet un des plus grand festival dans le sud. Il prendra ensuite l’avion pour des destinations plus importantes, comme l’Argentine fin septembre, le Mexique en octobre et enfin les Etats-Unis.

Nous pouvons être fière du parcours de notre petit Carcassonnais, devenu un grand DJ !

 

13524489_753713841436446_8029935913520268091_n

Un brunch à la Tuilerie 

Un dimanche ensoleillé,une assiette à partagé , du rosé au bord de l’eau … C’était hier à la Tuilerie un lieu mythique de Villeneuve minervois. 

Une ambiance d’été avec Paul seguy, lutcho,Yab, JSF ou encore Nikholson  aux platines pour nous faire danser toute la journée et en début de soirée pour les plus fêtards.  

Les plus coquettes d’entre nous, ont pu également se faire plaisir… Oui sur le côté ombragé des portants avec de merveilleux tops, chemisiers, shorts, robes… Vintages de la marque Yvonne et Georgette ( dont je vous parlerez en détails à la fin du mois). Pour ma part je me suis faite plaisir avec un super short Levis taille haute et un petit top rouge ! 

Une journée formidable dans un canton magnifique ! 

Petit apéro sage
le brunch 👌🏼

mes achats !

Facebook: YvonneetGeorgette 

Site: http://yvonne-georgette.com/

Instagram : YvonneetGeorgette 

Les activités du Lac de la Cavayère reviennent !

Hello Carcassonnais, Carcassonnaises et bien sur bonjour à nos petits touristes !!

Demain c’est partie, la deuxième saison du Téléski nautique au lac de la Cavayère est lancée !!

Clément Planel, le patron vous y attend avec de nombreuses surprises ( sur lesquelles je reviendrais un peu plus tard.)

N’oublier pas non plus de grimper un peu plus haut, pour vous aventurer dans les arbres avec le parc O2 Aventure. Cette année tout est rénové à 100% avec deux nouvelles tyroliennes pour les pistes rouges !!

Pour les vacances d’avril pas d’excuse  pour s’ennuyer on se bouge un peu,  direction lac pour glisser sur l’eau et boire un verre sous le pin qui n’a pas bougé d’un poil !  Pour ceux qui aime la hauteur rendez-vous dans les arbres !

 

2015-06-04 11.35.14
Wake

 

L’album révélation de Matt Minimal

  C’est en ce lundi ensoleillé et surtout venteux du 4 avril, à la terrasse du salon de thé Maison bord,  que j’ai pu rencontrer  Mathieu Mourareau ( alias Dj Matt Minimal), un des enfants du pays carcassonnais, qui débute sa carrière de Dj à l’âge de 16ans. Aujourd’hui il à bien grandit et sort son premier album sur sa propre maison de disque « Perfekt Groove ».  Accompagné de  Kenny l’homme qui travaille sur son identité visuelle, ils m’ont  dévoilé les secrets de son chef d’oeuvre musical qui sort en juillet.

Tout d’abord, ils ont tenu mettre en avant la sortie du single dans les bacs dès juin, avec pour titre, celui de l’album « Child ».
« Child » fait référence à la transition de Mathieu, dans les différents moments de sa vie, son enfance, son adolescence et son passage à l’âge adulte, un moment important pour lui.  Cet album Mathieu y pense depuis quatre ans. « C’est à ce moment là  arrivant à maturité, que je me suis dit qu’il fallait que je sorte mon propre album et que j’étais prêt. L’âge adulte c’est une prise de conscience, j’ai beaucoup voyagé, j’ai passé des étapes et c’est là que j’ai décidé que l’album devait sortir ». En effet le jeune Dj a parcouru le monde  au cours de sa carrière, du Mexique à la Corée du Sud en passant par l’Argentine ou l’Allemagne.  » Malgré la préparation de l’album j’ai quand même beaucoup tourné de septembre à janvier. Je suis partis au Canada, en Allemagne et en France. Là ça fait  deux mois que je me consacre à l’Album. » 

Dans son studio à Carcassonne, sur son mac , Matt minimal s’autoproduit. Il crée ses propres morceaux. » C’est beaucoup de boulot qui demande énormément de temps. De plus je suis sensible à ce que les gens pensent, donc c’est important que ce soit du bon travail. » 

À ce jour, le musicien compte 150 productions disponible. Adepte de la Tech House, cet album va permettre à son public de le re-découvrir  avec du nouveau.  » Pour l’album j’ai voulu repartir de zéro, pour faire autre chose tout en laissant ma petite touche pour que  mon public puisse me reconnaître. » Ses plus grands fans pourront écouter des morceaux rythmés axés sur la mélodie et des morceaux plus mélancoliques. Mais aussi des morceaux très club et plus grand public pour plaire  à plus de monde possible.

Ce « bébé » est pour lui un moment de réel partage avec son propre univers qu’il veut dévoiler. Un album révélateur de ses sentiments.  » C’est vraiment partager un sentiment personnel et l’exprimer sans paroles ». Ce qui est le plus compliqué comme l’explique Mathieu « car les musiques dans lesquels il y’a des paroles les gens s’appuient dessus pour ressentir cette émotion. Alors que moi je veux la faire passer en travaillant les sons, travailler le rythme et surtout essayer de ne pas perdre les gens,ce qui demande un grand travail. » 

Matt minimal avoue, qu’il a eu des moments de doutes,  » je pense que c’est la maladie même des producteurs ». Mais qu’il a tenu le coup grâce à son entourage qu’il l’a soutenu jusqu’au bout.

Pour l’avenir , Mathieu envisage une tournée de prestations lives, avec les titres de son album.

Pour conclure il révèle, sa curiosité de ce que les gens vont penser , « c’est un peu de stress car c’est mon premier Bébé que je met au monde… » 

Je n’oubli pas  de citer Jeremy Stadler qui a travaillé sur les montages vidéos.

En attendent juin vous pouvez écouter ses morceaux ou suivre Matt minimal sur :

http: //mattminimal.com

https://www.facebook.com/mattminimalpage

http://topdeejays.com/mattminimal

http://twitter.com/mattminimal

http://www.beatport.com/artist/matt-minimal/113965

12687858_680054045469093_1415117814393649343_n

   

 

Un mois de février qui bouge à Carca ! 

Hello tout le monde,

Quelques idées sorties pour tous les Carcassonnais ou touristes qui viendraient passer quelques temps au cœur de notre bastide. 

samedi 13 février, la soirée à ne pas manquer. 

Une soirée organisée par la « Famille Electro » au Chapeau Rouge. Cinq Dj’s reconnus par leur talent seront aux platines de 21h à 2h: Akim (bonsoir),Nikholson (famille electro records), Maurice Skine ( famille electro records), et enfin le duo toulousain crew difuzion qui ont partagés la scène avec des artistes internationaux. 

Une soirée qui promet de vous faire danser !!

  
On continu avec cette fois-ci la programmation du Bar à Vins  : 

  
Avec des Dj’s qui sont eux aussi reconnus par leur talent ( on fait pas les choses à moitié à Carca).Ils vous en mettront pleins les oreilles afin de vous faire bouger  jusqu’au bout de la nuit, le tout  au cœur de la cité médiéval … 

On se retrouve vite sur la piste 😉

« Chouks Mouss »: une pièce contemporaine à la découverte de l’objet et de l’humain

Hier soir, je suis allé voir la compagnie chorégraphique de Camille Cau  » Pourquoi le chat ? ». Elle présentait sa pièce contemporaine  » Chouks Mouss ».

Sur scène trois danseurs, Camille Cau, Max Fossati et Claire Malchrowicz. Vêtu d’une simple culotte blanche et de strap vert collé à la poitrine des danseuses. Certains diront que c’est osé… d’autres aux contraires y verront l’art qui se cache derrière, je dirais même qui se montre à travers ce « costume ». Pourquoi aimer l’art si on ne peut aller au-delà de nos limites ?  C’est ce que Camille et ses danseurs ont osé faire. Ils se sont dépassés en créant un ballet qui sort de l’ordinaire, afin d’ouvrir l’esprit des spectateurs et les confronter à un autre univers de la danse. Cette nudité est aussi le reflet du corps du danseur, rien de mieux pour voir chacun de leurs  muscles  se développer à chaque pas, voir chaque geste, voir comment le corps réagis à chaque mouvement…

Les trois contemporains nous transportent dans un monde nouveau, tout en recréant l’histoire de l’homme qui découvre la vie, les objets à travers une musique aux intonations électro composé par Robin Leduc, coupé par des silences et des bruitages de la vie sauvage.

Dans cette expérience corporelle, j’ai pu me plonger dans ma propre expérience humaine. J’y ai vu chaque étape que l’homme subi à travers sa vie, sa naissance, l’enfance avec le jeu de la piscine qu’il ne faut pas faire tomber en cherchant des solutions, les disputes, les jeux de regards, les sourires enfantins des danseurs qui nous replongent dans notre propre enfance.

J’ai eu deux coups de coeur dans cette pièce: le moment où les artistes se recroquevillent dans cette minuscule piscine gonflable et développent seulement leurs jambes et leurs bras. Cette image m’a fait écho à notre société actuelle où nous sommes désormais confrontés à la foule, au contact des autres. Mon deuxième moment fort de la soirée, c’est lorsque Camille s’enroule de papier toilette bleu, Clair se met dans un vase, et Max se déchaîne avec un rideau. On voit un trio s’emporter sur une musique qui s’accélère, comme nous (ou certaines personnes), quand nous avons notre période de déprime, on a envie de tout lâcher et se mettre à danser et chanter sur notre musique préférée sans aucune limite pour se défouler.

Une pièce qui permet de s’évader par une gestuelle corporelle contemporaine, un décor atypique tout, en transcrivant notre propre état à découvrir notre monde…

201512161045-full